FEUILLE GOMME CRAYON

Protégé : DÉCOUVERTE INVISIBLE

Oct
28

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

LIRE LA SUITE ...
CONCOURS , , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

LES POIRES DE L’ESPOIR

Oct
27

MirroirIl avait la plus belle enluminure. Nom de dieu, ce n’était pas une chiure. Alors, pris d’une certaine allure, il ne pouvait se contenter de ratures. Soudain, Il vit avec ordure, sur un objet sans soudure, non pas une toiture mais une voiture. C’était sans compter sur sa plus belle armure. Non pas aujourd’hui mais demain, sans délai je vous assure. Quoi de plus dur que de se sentir pris d’une bavure au lieu de se retrouver au sein d’un pain sans garniture ? Ayant en tête une belle friture, il considéra le miroir sans reliure. Et là, oh miracle … LIRE LA SUITE ...

Protégé : L’IVRESSE DES LARMES

Oct
24

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

LIRE LA SUITE ...
CONCOURS , , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

UN ÉTRANGE GOUT DE FROMAGE

Oct
13

Cubes24 rue d’Orléans, à l’angle de la rue Buerne. Il fait jour, les nuages sont nombreux et le vent est frais mais agréable.

Fraichement arrivés en camion express, ils débarquèrent dans une enseigne connue de la grande distribution. D’abord empaquetés, puis déballés, ils prirent chacun leur place respective parmi les rayons du magasin.

La musique résonnait et ils se sentaient à leur aise. Pour la première fois, ils n’étaient pas déçus. Surtout après cette vie en usine, à se faire malaxer et triturer dans tous les sens à coups de hachoir et de moule en silicone.

Olive et Aneth avaient … LIRE LA SUITE ...

HISTOIRE SALÉE

Oct
06

BaconOn m’a raconté ça :

Au départ, j’étais vulgairement dans un papier d’emballage, transparent, de la cellophane plus précisément. J’avais froid, j’étais à l’étroit sans aucun autre confrère que mes semblables. Et puis quoi de plus ? L’ennui ? Juste moi et mes confrères.

Soudain, le couteau résonna. Il déchira la cellophane avec hargne. Nous sortîmes enfin de cet univers froid et instable. Mais dans quel but ? Pour quoi faire ?

Alors, je fus délicatement coupé en deux,  pris dans les mailles du hachoir. Et je vis mes congénères eux aussi coupés en morceaux…

Nous fîmes ensuite dispersés sur … LIRE LA SUITE ...