FEUILLE GOMME CRAYON

FRESNES, MON AMOUR

Déc
08

Ça fait quarante ans que je suis en tôle
Tous les jours je tourne à la gnôle
Serrés à quatre dans une piaule
Comment se sortir de cette geôle

Je pense souvent à toi ma chérie
Je t’aime ; mes enfants tu nourris
A chaque moment qui passe je rougis
Et je sais qu’au fond de toi tu souris

Ici, avec Gégé, on ne regarde que la télé
Abruti ! Où ceci peut-il bien nous mener
Je me roule un spliff, je me sens planer
Dans ce triste monde rien n’est inné

Je sens les jours qui passent et les mois
Après avoir lu mes classiques et le Horla
Marcher, dormir et manger d’odieux plats
Agressive monotonie, je reste sans voix

Il ne faut plus essayer de se leurrer
Rien n’est écrit, tout pour nous berner
Aucun moyen pour tenter de contourner
Je ne peux que rester là, je suis cerné

C’est la merde ; tous dans la merde
Pourquoi vouloir continuer à rêver
Pourquoi vouloir continuer à danser
Fuck, pas de solution, juste tout perdre

Les promenades, vraiment de la rigolade
Je préfère rêver et manger des REGAL’AD
Je bosse bien et souvent je tombe en rade
Plus je me bassine, plus je suis malade

Dehors il fait froid mais j’ouvre la fenêtre
Sans ça, je suis seul, je ne peux pas être
Je mange du poisson pané sans arêtes
Et en pissant j’ai un mal fou à l’urètre

Debout, ensemble, soutenons nous
Rien de plus à attendre, pas de bisous
Juste des mots, sens dessus dessous
Il ne reste que l’oubli parmi les fous

Je pense à la sortie, à la délivrance
Au jour ou bientôt je serai en transe
Attraper des yoyos, où est la balance
Vivre et se sentir dans la souffrance

Big up, big up à tous ceux que j’aime
Je suis le roi déchu et vous les reines
Accompagné, soutenu, quelle aubaine
Jamais plus dans mon âme sans peine

C’est la merde ; tous dans la merde
Pourquoi vouloir continuer à rêver
Pourquoi vouloir continuer à danser
Fuck, pas de solution, juste tout perdre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *