FEUILLE GOMME CRAYON

PEUR PANIQUE

Jan
12

1280px-Salmon_leaping_at_Willamette_Falls

Ce matin, en ouvrant mon journal, je feuillette les pages du « Ouest France ». J’en ai marre des brèves internationales alors je file au dernier feuillet : Le « Tout peut arriver ». Ma rubrique préférée, celle qui me retourne, qui me guide et me donne d’autres horizons. Je n’ai jamais été déçu, non, aucune déception. Cette rubrique reste ma préférée.

En lisant le premier paragraphe, je trouve :

« A force de chercher l’orgasme, il trouve l’âme sœur dans un cocotier ! »

Non, trop banal. J’en ai déjà lu plein des histoires comme celle-là. Je continue jusqu’au … LIRE LA SUITE ...

POUSSIÈRES ATOMIQUES

Déc
26

PICT0472

Nantes, rue des trois croissants, 20h30, je m’enfile des cannettes de coca-cola au stévia. Pour moi, pas de Noël cette année, j’ai froid allongé sur mon carton, je suis à la rue. La vie m’a esquinté, il est loin le temps où je buvais des coupes de champagne dans des verres en cristal à l’hôtel Radisson. Je me déclame à moi-même des passages des Fleurs du Mal de Baudelaire en picorant des mini roulés saucisses du Super U d’en face. Le coca-cola commence à me monter à la tête, je fume une clope et sors ma flûte à coulisseLIRE LA SUITE ...

UN ÉTRANGE GOUT DE FROMAGE

Oct
13

Cubes24 rue d’Orléans, à l’angle de la rue Buerne. Il fait jour, les nuages sont nombreux et le vent est frais mais agréable.

Fraichement arrivés en camion express, ils débarquèrent dans une enseigne connue de la grande distribution. D’abord empaquetés, puis déballés, ils prirent chacun leur place respective parmi les rayons du magasin.

La musique résonnait et ils se sentaient à leur aise. Pour la première fois, ils n’étaient pas déçus. Surtout après cette vie en usine, à se faire malaxer et triturer dans tous les sens à coups de hachoir et de moule en silicone.

Olive et Aneth avaient … LIRE LA SUITE ...

CLOWNESQUE COMÉDIE

Nov
10

FraiseAu loin s’étendait la mer, paisible et reposante. Le ciel brillait de milles feus, rouges et argentés, et les mouettes volaient dans le ciel à la recherche d’une glace à la framboise. Une atmosphère mélancolique semblait envahir la grève et l’on pouvait apercevoir au loin les mats des bateaux s’éloignant vers le large ; comme une fuite pleine d’amertume.

Dans un maigre appartement vivait un clown, Marcello, épuisé et encore dans son costume de peau-rouge. Les pores dilatés il avait le nez rouge. « Quel comblea pour un clown ! ». Il était affalé dans son canapé entouré de bouteille … LIRE LA SUITE ...