FEUILLE GOMME CRAYON

POUSSIÈRES ATOMIQUES

Déc
26

PICT0472

Nantes, rue des trois croissants, 20h30, je m’enfile des cannettes de coca-cola au stévia. Pour moi, pas de Noël cette année, j’ai froid allongé sur mon carton, je suis à la rue. La vie m’a esquinté, il est loin le temps où je buvais des coupes de champagne dans des verres en cristal à l’hôtel Radisson. Je me déclame à moi-même des passages des Fleurs du Mal de Baudelaire en picorant des mini roulés saucisses du Super U d’en face. Le coca-cola commence à me monter à la tête, je fume une clope et sors ma flûte à coulisseLIRE LA SUITE ...

ARTIFICIER EN PÉRIL

Nov
06

BombeSurnommé le « Dépanneur », il avait vécu 15 ans en Haïti dans la ville de Port-au Prince à réparer, remettre à neuf et décorer des tap-taps pour une grande compagnie francophone. Il les louait 100 F/jour et gagnait bien sa vie. Il contribuait à l’innervation de la capitale, à la distribution des flux et à son dynamisme. Figure emblématique, il lui arrivait cependant de s’amouracher de purs inconnus et vivait au jour le jour, guidé par la lune et le soleil. Et puis, en plein après-midi, allongé sur son canapé, il reçut un appel de son fada de frère. … LIRE LA SUITE ...

LES POIRES DE L’ESPOIR

Oct
27

MirroirIl avait la plus belle enluminure. Nom de dieu, ce n’était pas une chiure. Alors, pris d’une certaine allure, il ne pouvait se contenter de ratures. Soudain, Il vit avec ordure, sur un objet sans soudure, non pas une toiture mais une voiture. C’était sans compter sur sa plus belle armure. Non pas aujourd’hui mais demain, sans délai je vous assure. Quoi de plus dur que de se sentir pris d’une bavure au lieu de se retrouver au sein d’un pain sans garniture ? Ayant en tête une belle friture, il considéra le miroir sans reliure. Et là, oh miracle … LIRE LA SUITE ...

OSSATURE LOURDE

Sep
15

MuscleOh graisse, toi qui es corpulente !

Dis-moi comment je dois me muscler ?

Va vivre dans une yourte aux mille piquets qui te rendront plus fort.

Plantes-en un chaque jour sans aucune aide matérielle et tu sentiras la force prendre place dans ton corps. Mais tout ceci n’a aucun sens.

Tu n’as jamais cessé de penser pour toi-même mais toi, graisse, un jour je te dominerai ! Je ne suis pas fait pour vivre dans un loft luxueux mais plutôt dans une maigre mansarde qui me ressemble.

Tu es corpulente, irréfléchie et par ta lassitude, jamais tu n’auras de … LIRE LA SUITE ...